Un média 100% écolo,

sans paraben & sans gluten !

CORONAVIRUS POSITIVUS

Alors que la moitié de l’Europe occidentale est occupée à jeter ses plus belles escadrilles d’injures en direction du COVID-19 qui sévit aujourd’hui sur le vieux continent (et partout ailleurs finalement), il y a aussi des points positifs à tout ça*

Après 200 ans à se gargariser d’être le pays de Jules Verne et de Victor Hugo, le peuple des lumières découvre grâce au confinement non seulement que ces auteurs ont écrit des livres, mais qu’il est possible de les lire grâce à un bête mouvement rotatif sur des feuilles de papier.

Les plus réfractaires se laisseront séduire par les liseuses numériques.

Ce n’est pas une raison pour prendre la Golf 3 de papa et aller drifter sur le parking du Lidl de Limoges, mais le baril a perdu 20% de son prix suite à la consommation d’essence drastiquement réduite ces derniers jours dans le monde.

On peut très largement positiver en regardant une cartographie concernant la pollution avant et après le confinement en France. La planète dit merci, les rivières aussi, qui ont battu Twitter et se trouvent être finalement le lieu le plus pollué ces derniers temps même si ce dernier a largement compensé sa seconde place par la recrudescence de MEMES sur le sujet.

Si votre moteur de recherche vous sert à autre chose qu’optimiser le doux cadeau de pornhub (faîtes l’amour, pas la guerre, même si c’est avec votre main) vous pourrez regarder d’édifiantes photos des canaux de Venise aussi translucides qu’Éric Zemmour devant un restaurant Oriental. L’absence complète d’activité permet aux sédiments de se déposer au fond de l’eau, diminuant considérablement l’odeur parfois pestilentielle de l’eau de la ville de l’amour.

C’est chiant à crever de le rappeler mais on passe beaucoup de temps sur nos réseaux sociaux en négligeant d’appeler mamie Jeanne, qui est d’ailleurs bien la seule à s’occuper sans rechigner dans le potager et dont le stock de mots-croisés ferait pâlir le lecteur moyen de senior magazine.

Normalement il n’y a pas besoin d’une catastrophe sanitaire pour se laver les mains mais c’est une fatalité, on fait bien plus attention à son hygiène ces derniers jours. Pour la faire courte, les gens ne puent plus dans le métro et ce n’est pas seulement parce qu’il n’y a plus de métro ni de gens.


*À relativiser étant donné que des personnes meurent, et que la mort n’est un life goal pour personne.

2