Un média 100% écolo,

sans paraben & sans gluten !

Dictionnaire chlorophyllé : Épisode 1

L’agriculture biologique

« Vas-y mange, c’est du Bio » dixit Papy en te tendant la salade de carottes. Mais en fait c’est quoi ?

C’est la production de denrées naturelles sans utiliser de substances chimiques. A ne surtout pas confondre avec « Guerre biologique » qui concerne des sujets très différents ne fait pas pousser énormément de tomates à l’inverse des champignons, on vous fait pas un dessin.

Mais si tout le monde est à peu près d’accord sur le terme il reste important de souligner que la difficulté réside plus sur l’exécution que sur la sémantique.



Règles mises en place pour la production végétale

La réglementation de l’agriculture biologique se divise en deux parties : la production végétale et la production animale.

Concernant la production végétale, la réglementation est basée sur l’optimisation de la fertilité et de l’activité biologique des sols.
L’utilisation de produits chimiques de synthèse est interdite. Afin que leurs cultures soient considérées comme issues d’une agriculture biologique, les exploitants doivent respecter une phase de conversion de trois ans avant le semis de cultures pérennes, et deux ans pour les cultures annuelles. Durant cette période, toutes les règles de l’agriculture biologique doivent être respectées.
La réglementation concerne également la fertilisation. Celle-ci ne doit contenir que des engrais verts tels que les légumineuses (important apport azoté) ou un épandage d’effluents biologiques. L’utilisation d’azote minéral est interdit.
De même, dans le respect de la Directive Nitrates, il est interdit d’excéder un apport d’une concentration supérieure à 170 kg N/ha d’effluents animal.
La protection des cultures se concentre sur le développement des auxiliaires de culture naturels (carabes, coccinelles) contribuant à la réduction des parasites. Le désherbage est seulement autorisé mécaniquement ou par voie thermique.
Enfin, l’utilisation d’organismes génétiquement modifiés (OGM) est interdite.



Règles mises en place pour la production animale

Les deux principales règles à respecter en agriculture biologique concernant les élevages sont le respect du bien-être animal ainsi que le respect du sol. Les animaux doivent être élevés mais aussi naître dans les conditions d’une agriculture biologique.
Ces conditions concernent notamment l’alimentation des animaux. L’utilisation d’hormones de croissance est interdite, tout comme l’alimentation basée sur des organismes génétiquement modifiées.
Le bien-être animal est également au coeur de la réglementation biologique. Ainsi, les bâtiments doivent être adaptés aux élevages : lumière naturelle, aérations des bâtiments, etc. De même, les animaux doivent avoir un accès au plein air, à l’exception des périodes où les conditions climatiques ne le permettent pas.
Au sujet de la santé animale, la prévention des maladies est privilégiée pour éviter l’utilisation de soins médicaux. Cette prévention se traduit par une alimentation saine et des conditions d’élevage hygiéniques, notamment dans les bâtiments. Les traitements antiparasitaires sont autorisés. En revanche, la prise d’antibiotiques n’est autorisée qu’à but de soigner l’animal et ne peut être utilisée qu’une à trois fois par an, selon la durée de vie de l’animal. La commercialisation des produits doit respecter ensuite un délai légal de 48h après la prise du médicament, ce qui est le double que le délai légal dans les modes de production agricole traditionnels.

2