Un média 100% écolo,

sans paraben & sans gluten !

La prime à la conversion, partie pour rester

Si vous hésitiez à changer de voiture, il serait encore temps. La prime à la conversion a été modifiée le 2 août dernier, mais s'adresse toujours aux foyers les plus modestes, afin de leur permettre de remplacer leur véhicule plus ancien et polluant. L'achat de voitures électriques est particulièrement encouragé par cette mesure, puisque l'aide peut atteindre jusqu'à 5 000 euros.



Comment ça marche ?



Concrètement, seuls les revenus fiscaux inférieurs à 13 489 euros annuels sont concernés (jusqu'à début août, cette limite était fixée à 18 000 euros annuels). Cette prime peut aller de 1 500 à 3 000 euros selon les conditions.



Pour l'achat d'une voiture électrique, une personne ayant 6 300 euros ou moins de revenu fiscal de référence par part peut ainsi prétendre à une prime à hauteur de 80 % du prix d'acquisition du véhicule, jusqu'à un prix d'achat de 5 000 euros. Pour une voiture à moteur thermique, cette aide sera de 3 000 euros sous les mêmes conditions de revenu.



Une personne possédant des revenus entre 6 300 et 13 489 euros par an pourra profiter du même niveau d'aide si elle a un profil de "gros rouleur" (elle travaille à au moins 30 km de son domicile ou effectue au moins 12 000 km par an). Pour les autres, la prime sera de 2500 euros pour une voiture électrique et 1500 euros pour un véhicule à combustion.



Par ailleurs, cette prime peut se cumuler avec un bonus écologique dans le cas d'un véhicule neuf. Pour une voiture électrique neuve coûtant moins de 45 000 euros, le montant maximal de l'aide peut atteindre 12 000 euros au total. Pour faciliter l'accès à cette prime, l'État a mis à disposition un simulateur disponible ici , afin de tester votre éligibilité aux aides à l'acquisition.



Une bonne nouvelle pour les concessionnaires



Sur le plan économique, les concessionnaires ont pu vérifier l'attrait de cette prime, avec l'arrivée de nouveaux clients souhaitant échanger leur vieille voiture. En Eure-et-Loire, ces derniers ont constaté une hausse de 10 à 25 % de leur chiffre d'affaires depuis le déconfinement. Cependant, la production automobile, arrêtée pendant le confinement, a repris lentement et génère des délais.



Si les véhicules électriques restent au cœur du débat, se débarrasser de son vieux diesel reste un premier pas décisif et quand on sait que les meilleures voitures électriques (à l’exclusion de Tesla) sont de manufacture française, on se prend à rêver d’une relance économique.

2