Un média 100% écolo,

sans paraben & sans gluten !

Incendies en australie

Vous l’aurez sûrement remarqué, l’Australie semble bloquée dans un immense barbecue dans lequel tout un chacun est invité. Entre fake news et démagogie, c’est le grand bal de qui rejettera le mieux la faute, et le problème est là.



À l’heure où chercher des solutions devrait être en fer de lance des débats, l’opinion public s’attarde sur comment débusquer le responsable, quitte à se tromper. Pendant un temps, l’histoire d’un pompier pyromane était évoquée avec le plus grand des sérieux, dans un second, ce serait un feu de camp qui aurait dérivé sur la moitié du continent océanien, mouais.



En parallèle, l’industrie du charbon australienne perce la couche d’ozone à grand coup de bêche et monte le chauffage de la planète tous les deux jours comme mémé quand le mois de novembre arrive et qu’elle hésite entre mettre un pull et transformer sa maison en brasier ++ combinant cheminée, chauffage au fioul et lance-flamme portatif.



Finalement, le souci est là, encore une fois, on se focalise sur la volonté absolue d’avoir des news croustillantes, avant de réfléchir au fait d’en avoir une utile (coucou les chaînes d’info en continu). Plusieurs mois après et près de 183 Pyromanes arrêtés selon Donald Trump, admettons tout simplement que la seule et unique cause, c’est le réchauffement climatique, ce qui est une bonne nouvelle puisque personnellement, je préfère changer mon diesel de 2008 plutôt que devoir arrêter un pyromane australien bodybuildé.



« Bonne nouvelle » tout est relatif vous l’aurez compris, mais si la vie est une question de choix, le vrai bonheur, c’est de l’avoir encore. Alors à défaut d’être responsable des incendies en Australie, on pourrait tous essayer d’en être les pompiers, les avantages sont nombreux : on sauve la planète, on sauve nos enfants, et à la fin tout le monde est content, même Donald Trump.

2